Tensiomètre électronique, vous êtes plutôt bras ou poignet ?


Au moment de choisir son tensiomètre personnel, la grande question est de savoir s’il est plus judicieux de sélectionner un modèle qui se positionne sur le biceps ou un appareil qui relève la tension artérielle au poignet. C’est un débat que l’on retrouve sur de nombreux forums spécialisés ou non ainsi que dans les rubriques FAQ (frequent asked questions) des sites dédiés à ces appareils.

Deux écoles s’opposent et usent d’arguments souvent recevables, mais parfois discutables. Ici, comme souvent dans ce type de débat, il est important de rappeler que, finalement, le plus important est de choisir l’appareil qui vous correspond et que bien souvent, les critères qui ont amené à ce choix n’ont que rarement à voir avec le côté technique, mais bien plus souvent avec le côté pratique.

Le but de cet article est donc de vous accompagner dans le choix du type de tensiomètre que vous achèterez. Nous ne parlerons donc pas encore de marques. Et si nous abordons quelques fonctionnalités optionnelles propres à certains modèles, ce sera, sans doute, en guise d’exemples pour étayer les avantages ou les inconvénients de tel ou tel type de tensiomètres.

Les meilleures ventes de tensiomètres du moment !

# Aperçu Produit Evaluation Prix
1 Omron M2 Basic
870 Commentaires
44,90 € 31,99 €
2 Tensiomètre Électronique Bras AREALER
89 Commentaires
53,99 € 39,99 €
3 OMRON M6 Comfort
310 Commentaires
68,49 €
4 SIMBR Tensiomètre poignet
263 Commentaires
21,99 €
5 Beurer BM 27
36 Commentaires
29,99 € 24,39 €

Tensiomètre au poignet ou au bras : avantages et inconvénients.

Il y a plusieurs types d’avantages et d’inconvénients pour chaque type de tensiomètres, certains que nous pourrions regrouper sous une rubrique comme la praticité d’utilisation, d’autres, sous une rubrique que nous pourrions appeler la fiabilité, une autre rubrique qui concernerait les atouts et les handicaps de certains modèles censés techniquement être encore plus performants que les appareils classiques.

Du côté pratique, il semblerait que le tensiomètre au bras soit un peu à la traine derrière le tensiomètre se positionnant au poignet. En effet, ce dernier peut s’installer sans avoir à dénuder son bras, il se range dans un étui qui trouvera sa place dans un tiroir ou au fond d’un sac ou d’une valise si vous voulez l’emmener avec vous en déplacement.

Par contre, côté positionnement, le brassard est plus facile à positionner sur le biceps qu’au poignet où il demande une plus grande habitude, nous y reviendrons quand nous aborderons la question de la fiabilité.

Concernant justement la fiabilité, il faut savoir que les deux types de tensiomètres utilisent le même procédé de mesure, ce qui veut dire que leur fiabilité technique est comparable. Ce sont donc les erreurs d’utilisation qui peuvent rendre l’un ou l’autre plus ou moins fiable.

C’est le cas du tensiomètre au poignet dont les résultats peuvent être moins précis. En effet, la position du brassard sur le biceps le met d’emblée au niveau du cœur et, donc, pour bien faire, on devrait prendre sa tension au poignet en mettant l’appareil, également, au niveau du cœur. Dans la pratique, on a pour habitude de s’installer sur une table, le bras posé dessus, donc pas tout à fait au niveau du cœur, il suffit donc de remonter l’avant-bras pour mettre l’appareil au bon niveau.

L’important, par contre, étant surtout de ne pas laisser pendre le bras. Il est utile de noter, également, qu’un positionnement du tensiomètre un peu trop haut sur le poignet ou trop bas, peut modifier, de manière significative les valeurs transmises, à la hausse ou à la baisse, de la tension artérielle. L’habitude d’utilisation réglera rapidement ce problème.

Ces risques de mauvais positionnement sont résolus de plus en plus, grâce à l’installation, en interne, d’une alarme, par les constructeurs, pour alerter l’utilisateur de l’erreur de positionnement en question. Et nous vous conseillons d’emporter avec vous votre nouveau tensiomètre chez le médecin pour le tester avec lui, voir si votre manière de prendre votre tension est la bonne. De plus, si un delta existe entre les valeurs tensionnelles communiquées par l’appareil de votre médecin et le vôtre, si cela est le cas, il vous suffira d’en tenir compte chez vous.

L’arrivée sur le marché de modèles connectés, c’est-à-dire d’appareils qui peuvent communiquer via la WIFI et une application dédiée sur votre Smartphone, présente un grand intérêt pour la communication des données relevées, à votre médecin par exemple, mais pas sur la praticité ou la fiabilité des résultats. On peut même dire que certains modèles offrent tellement d’options complémentaires que leur utilisation devient très complexe.

Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de choisir un tensiomètre ?

La première concerne sans doute le pourquoi de l’achat. En effet, si votre médecin a diagnostiqué une hypertension artérielle et vous demande de lui communiquer les résultats de prises régulières de votre tension, nous pourrions penser qu’un modèle connecté pourrait être plus utile pour vous. Cela dit, il faut que ce dernier possède l’interface adaptée pour recevoir et donc interpréter les résultats. S’il vous demande simplement un relevé régulier de votre tension artérielle systolique et diastolique et de votre fréquence cardiaque, un carnet sera sans doute suffisant et un simple tensiomètre de bras ou de poignet également.

Si vous décidez d’acquérir un tensiomètre à titre de prévention, votre attention devra se porter sur la qualité des informations essentielles la tension et le rythme cardiaque.

Une donnée que nous n’avons pas encore vue est la bonne lisibilité des résultats et cela ne concerne pas seulement les personnes âgées. Certains tensiomètres de bras comme de poignet n’offrent pas un confort de lecture suffisant. Dans un domaine où les valeurs communiquées sont si importantes, ce critère peut vite devenir l’un des plus décisifs.

Un autre moyen pour se rassurer de la fiabilité d’utilisation et des résultats du tensiomètre électronique que vous souhaitez acheter est la norme CE qui doit figurer sur l’appareil et son emballage et l’assurance qu’il est agréé par l’ANSM (l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), un agrément qui doit figurer, également sur l’emballage.

Une dernière condition qui peut rentrer en ligne de compte est celle du coût que vous êtes prêt à mettre dans cet appareil. Y’a-t-il une corrélation entre prix, praticité d’utilisation et fiabilité ? C’est ce que nous avons de tenté de voir en rédigeant cet article sur le coût d’un tensiomètre électronique.