Coup de cœur : le meilleur scarificateur Bosch


Publié par Vincent Catégorie Scarificateur 138 vues
Coup de cœur : le meilleur scarificateur Bosch

Les longues années d'apprentissage et de « compagnonnage » à l'allemande ont éveillé très tôt chez Robert Bosch le désir d'entrepreneuriat. En 1886, il ouvre un atelier de mécanique de précision et d'électrotechnique à Stuttgart. Les premières années sont marquées par des hauts et des bas. Ce n'est qu'à partir du milieu des années 1890 que les choses ont décollé… rapidement et de façon imparable !

Aujourd'hui, Bosch est une marque reconnue pour sa fiabilité, la qualité de ses produits et son capital innovation. Ses outils de jardinage et d'entretien des espaces verts brillent par un excellent rapport qualité-prix et une solidité à toute épreuve. Bosch est aussi une marque de scarificateurs. Nous avons testé son meilleur modèle.

Scarificateur Bosch - AVR 1100 (1100 W, Bac 50 L, Largeur de coupe 32 cm)
  • Fente de déchiquetage : 32 cm
  • Nombre de positions de profondeur de travail : 4
169,99 € Prime
VOIR LE PRODUIT

Bosch : tout commence en 1886, à Stuttgart

Bosch a réalisé tous les travaux de mécanique de précision et d'électrotechnique qui lui ont été confiés, comme l'installation de systèmes téléphoniques et de sonneries électriques, dans des délais ultra-compétitifs. Lorsqu'on lui a demandé de mettre sur pied un dispositif d'allumage à magnéto pour un moteur stationnaire, il s'est surpassé pour réinventer le genre, ouvrant la voie à d'autres innovations allemandes en la matière.

A partir de 1897, Bosch a commencé à installer des dispositifs d'allumage magnéto-magnétique adaptés à l'industrie automobile, fleuron de l'économie allemande. Il deviendra même le seul fournisseur fiable en la matière. En 1902, Gottlob Honold, ingénieur en chef chez Bosch, dévoile une invention : le système d'allumage magnéto haute tension avec bougie. Ce produit a permis à Bosch de devenir l'un des principaux équipementiers automobiles mondiaux. Bosch avait déjà déménagé plusieurs fois avant de décider de construire sa propre usine, en 1901. S'ensuivra alors une série d'expansions dans les bâtiments environnants.

Après le Royaume-Uni, la France était le plus grand marché de vente d'automobiles en Europe. Bosch y a créé une filiale en 1899. La succursale parisienne était ultra-performante. A partir de 1905, elle devient capable de couvrir toute la demande locale avec les systèmes d'allumage par magnéto-électricité produits dans sa propre usine, à proximité de la Tour Eiffel.

L'épopée américaine de Bosch commencera par une publicité pour des systèmes d'allumage à magnéto diffusée dans les journaux nationaux. Elle générera un million de dollars de commandes pour Bosch en 1906, puis doublera l'année suivante. Les affaires aux Etats-Unis ont connu un tel succès qu'en 1912, Bosch commence à fabriquer son produit phare dans une usine à Springfield, dans le Massachusetts.

Bosch maîtrise son sujet pendant le 20e siècle, malgré les parenthèses « guerrières »

Au-delà des Etats-Unis, Bosch a commencé à se tourner vers d'autres marchés « exotiques » pour une firme allemande. Avec des bureaux de vente en Afrique du Sud depuis 1906, en Australie depuis 1907, en Argentine depuis 1908, en Chine depuis 1909 et au Japon depuis 1911, le réseau des représentants Bosch couvre tous les continents. En 1913, 88 % du chiffre d'affaires de l'entreprise est réalisé en dehors du territoire allemand.

Lorsque les automobiles sont devenues des « objets » du quotidien et que l'augmentation de la vitesse exigeait une plus grande sécurité, Bosch a lancé les produits appropriés en 1913 et 1914. Outre le « Bosch light », qui est un système d'éclairage électrique composé de phares, d'un générateur, d'un régulateur et d'une batterie pour une conduite de nuit plus sûre, Bosch réinvente le démarreur qui gagne en fiabilité.

En 1927, une innovation Bosch change le monde : la pompe d'injection diesel, mise au point pendant de nombreuses années. C'est la réaction de Bosch à la poursuite du développement des moteurs diesel qui, contrairement aux moteurs à essence, ne nécessitent pas d'allumage magnéto. Initialement utilisée dans les camions, la première pompe d'injection diesel pour les voitures a été mise sur le marché en 1936.

A la fin de la seconde guerre mondiale, Bosch avait perdu ses sites internationaux pour la seconde fois. Une grande partie de ses installations de production était en ruine. Les deux décennies suivantes ont été consacrées à la reconstruction, mais aussi à l'exploitation de nouveaux secteurs d'activité.

Bosch a commencé à développer des composantes électroniques au milieu des années 1950. Les transistors (modèle « Variode ») ont ouvert le bal, puis à partir de 1970, les circuits intégrés ont suivi. Regardés d'un œil critique par les sceptiques mais développés avec enthousiasme par leurs partisans, ils ont semé la première graine dans le domaine de l'électronique, qui est aujourd'hui un cœur de métier stratégique pour Bosch.

Les années 1960 à 1980 ont été marquées par la transformation de Bosch, qui est devenu un groupe diversifié avec des divisions autogérées, une entreprise mondiale et un leader du marché de l'électronique automobile. Le rideau de fer est tombé au début des années 1990, l'Asie a vu émerger de nouveaux marchés et les logiciels ont ouvert de nouvelles opportunités pour Bosch. Les trois dernières décennies ont été marquées par des changements économiques rapides, auxquels l'entreprise a fait face de front.

Avec le tournevis électrique IXO, qui est rapidement devenu l'outil électrique le plus vendu au monde, Bosch a créé en 2003 un nouveau secteur d'activité pour les petits appareils légers équipés de batteries lithium-ion. Des domaines entièrement nouveaux sont également apparus, tels que l'e-bicyclette en 2011. Aujourd'hui, Bosch fait une incursion remarquée dans les univers des objets connectés, de la domotique, de la nanotechnologie et des outils motorisés de jardinage et de gestion des espaces verts comme les motobineuses, les débroussailleuses, les tondeuses à gazon, les démousseurs et les scarificateurs.

Bosch AVR 1100 à 14 lames

Avec une largeur de travail de 32 cm, un choix de quatre profondeurs de travail, un poids raisonnable de moins de 10 kg et des lames en acier au carbone ultra-performantes, le scarificateur AVR 1100 signé Bosch est une valeur sûre du marché. Si votre pelouse a plus de deux ans, elle est fin prête pour recevoir sa première scarification pour dégager la couche de chaume, le feutrage, la mousse et les herbes sèches.

Le scarificateur Bosch AVR 1100 à 14 lames permet de régler la profondeur de réglage sur quatre niveaux, de -10 mm à +5 mm. Il pourra donc tout à fait jouer le rôle de démousseur pour un travail superficiel. Il s'agit donc d'un produit « deux en un » qui vous exonérera de faire l'acquisition d'un démousseur ou d'un aérateur.

Votre sol pourra enfin respirer, puisque ce modèle signé Bosch permet de l'aérer, de l'ameublir et de le décompacter à moindre effort. Vous allez pouvoir ainsi protéger votre sol de la prolifération bactérienne, de l'apparition de foyers d'insectes nuisibles et de la sécheresse. Vous pourrez semer à nouveau avec une meilleure fertilité, puisque le sol sera plus réceptif aux engrais et autres nutriments.

Le scarificateur Bosch AVR 110 est doté d'un bac de ramassage de 50 litres, soit quasiment le double que la moyenne du marché. Il embarque un guidon pliable, un système « Jet Collect » pour une élimination rapide et intégrale des déchets, de la mousse et des mauvaises herbes et un axe rotatif innovant pourvu de lames en acier inoxydables. Ce n'est pas pour rien que c'est un coup de cœur Wizza !

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage.