La FAQ des talkie walkie


On a compilé pour vous les principales questions que vous pouvez vous poser à propos des talkies-walkies professionnels. Fonction « Vox », étanchéité à l’eau et à la poussière, protection contre les chocs, fréquences libres PMR446, redevance pour l’utilisation des fréquences privées ultra-sécurisées, différence entre la portée réelle et la portée théorique…

#1 Les talkies-walkies émettent-ils un bruit en continu quand on ne parle pas ?

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là. L’écrasante majorité des talkies-walkies, même d’entrée de gamme, proposent la fonction VOX qui ne sort l’appareil de sa veille qu’à la réception d’un son ou lorsque l’on appuie sur le bouton PTT pour communiquer. Vous pouvez toujours paramétrer certains modèles pour une émissions/réception en continu, mais l’autonomie prend un coup.

#2 Quelle est la différence entre la portée réelle et la portée théorique ?

C’est simple. Les fabricants testent la portée de transmission (distance maximale entre les deux unités du talkie-walkie pour émettre et recevoir un signal) dans des conditions impossibles à reproduire dans la réalité : 0% d’humidité, aucun obstacle dans la ligne droite imaginaire entre les deux unités, pas de terrain accidenté, etc. Ces conditions « virtuelles » aboutissent à une portée théorique très élevée : c’est celle que vous allez retrouver sur le boîtier, sur la fiche produit et sur l’ensemble des supports de promotion.

La portée réelle fait référence aux performances « terrain » du talkie-walkie. En général, on divise la portée théorique par 5 ou 6 pour aboutir à la portée réelle. Notez que cette dernière baisse quand la densité de l’environnement augmente. En ville ou dans une forêt dense, vous aurez une portée limitée. En hauteur ou en plaine dégagée, vous aurez les meilleures performances de votre radio bidirectionnelle.

#3 Pourquoi la portée réelle ne dépasse pas les 10 km sur la majorité des talkies-walkies ?

Cette affirmation n’est vraie qu’en partie. En réalité, la portée moyenne des talkies-walkies n’est bridée que sur les modèles dits « PMR 446 », c'est-à-dire sur les radios bidirectionnelles destinées au grand public qui ne nécessitent pas de licence d’utilisation. Les portées PMR 446 sont réduites par la force de la législation qui limite la puissance à 500 mW, notamment pour ne pas interférer avec les fréquences de la police, des pompiers, etc.

Pour une plus grande portée de transmission, il faut plutôt se diriger vers une version « export » des talkies-walkies avec une puissance de 2 W, mais vous tombez dans l’illégalité, à moins d’avoir une licence dédiée.

#4 Puis-je aspirer à une longue portée avec une transmission ultra-sécurisée ?

Dans ce cas, vous allez devoir opter pour un modèle avec licence en passant par un abonnement. Les talkies-walkies sous licence sont plus puissants que les PMR 446 (ou les DPMR 446 utilisant la norme numérique). Ils utilisent des fréquences privées attribuées par l’Autorité des Régulations des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) auprès de qui vous devez donc souscrire un abonnement annuel.

Votre talkie-walkie professionnel sera par la suite programmé avec votre licence sur bande UHF ou VHF. Vous serez le seul à utiliser la fréquence attribuée : vos communications seront donc ultra-sécurisées, sur une belle portée de transmission. Les talkies-walkies avec fréquences les plus vendus en France sont les Motorola DP1400, DP2400e, DP3441E et le Entel HT664 VHF.

#5 Y a-t-il des taxes sur l’utilisation des fréquences privées ?

Oui. Pour le matériel de radiocommunication professionnel (donc hors PMR446), la redevance annuelle pour l’utilisation des fréquences privées et sécurisées est d’environ 70 € par appareil et par an que l’on verse directement au Trésor Public. La taxe pour l’utilisation des fréquences temporaires (notamment dans le secteur de l’événementiel) est d’environ 7,62 € par semaine et par appareil, toujours auprès du Trésor Public. Il faut compter un mois d’attente pour obtenir vos fréquences dédiées après dépôt de votre dossier auprès de l’ARCEP (fréquences annuelles), et une semaine au maximum pour des fréquences temporaires.

#6 Comment savoir si mon talkie-walkie est étanche/résistant ?

Plusieurs fabricants usent d’adjectifs flatteurs pour promouvoir leurs talkies-walkies. On vous promet une radio bidirectionnelle étanche à l’eau et à la poussière, résistante aux chocs les plus violents, capables de fonctionner sous l’eau, etc. Heureusement, des normes strictes viennent encadrer ces qualificatifs pour vous permettre d’y voir plus clair. Les indices IP contiennent deux chiffres. Plus ils sont élevés, meilleure est la protection. Voici leur signification :

Un talkie-walkie IP55 est donc étanche à la poussière et aux jets d’eau à la lance. Un talkie-walkie x8 est donc étanche à l’immersion prolongée, tout en étant exposé à la poussière.

#7 Y a-t-il des spécifications propres à la batterie ?

Oui. La puissance des batteries dépend (en partie) de la technologie utilisée par le fabricant. On compte deux principaux types de batteries sur le marché des talkies-walkies :

Les batteries NiMh : ce sont les batteries « ancienne génération ». Elles équipent les talkies-walkies grand public à usage occasionnel ou quotidien pour une durée d’utilisation moyenne d’environ 12 heures ;

Les batteries Li-Ion : ce sont les batteries « nouvelle génération ». On les retrouve sur les talkies-walkies professionnels pour un usage intensif. Elles proposent une durée d’utilisation moyenne qui peut atteindre les 36 heures sur les modèles haut de gamme.

A propos du rédacteur

Camille

Curieuse de nature, je parcours le web à la recherche de produits intéressants afin d'en faire profiter la communauté Wizza. Je suis spécialisée dans l'univers de la cuisine, de la beauté et des enfants. Voir notre histoire