Faut-il choisir une motobineuse ou un motoculteur ?


Avant de se lancer dans tout achat même celui d’une motobineuse thermique ou électrique, il est important, comme nous venons de le voir, de savoir de quoi on parle, mais aussi de connaître quelle autre solution pourrait peut-être mieux correspondre à ses besoins. En effet, en fonction de la surface de la parcelle à couvrir, du type de culture(s) envisagée(s) et donc de la nature des travaux d’ameublissement à devoir réaliser, vous pouvez être amené à hésiter entre investir dans une motobineuse ou dans un motoculteur.

Motoculteurs et motobineuses possèdent des caractéristiques et des propriétés qui leur sont propres le tout étant de choisir l’engin qui sera le plus approprié à l’usage et aux besoins qui sont les vôtres. L’erreur à ne surtout pas commettre est de faire un choix par défaut ou parce que votre voisin en possède un de ce type.

Pour vous aider, commençons déjà par voir ce qu’est un motoculteur. Nous verrons ensuite pourquoi utiliser plutôt une motobineuse ou un motoculteur, pour quelle surface, pour quels types de travaux. Nous finirons par un petit récapitulatif sur les performances de l’un et de l’autre et sur leurs prix.

Qu’est-ce qu’un motoculteur ?

Comme la motobineuse, le motoculteur est un engin agricole motorisé dédié au travail de la terre. Il possède deux roues qui ont pour fonction de permettre son déplacement, mais aussi de travailler le sol. C’est une des différences notoires avec la motobineuse qui possède, elle, une roue soit amovible soit rétractable prévue uniquement pour faciliter son déplacement, les fraises prenant le relais lors du travail. Ce sont surtout les horticulteurs, les jardiniers et les maraîchers qui en ont le plus usage du motoculteur.

Le motoculteur se compose d’un moteur thermique alimenté par de l’essence ou du diesel, d’un essieu unique à deux roues motrices et deux mancherons (le guidon) où se trouvent les poignées de commande (frein, levier de vitesses, accélérateur, marche arrière) pour faciliter les manœuvres et des dents rotatives.

Selon la nature des travaux à réaliser, on lui adjoint, à l’arrière, des accessoires de charrue comme un soc, une lame qui permet de trancher horizontalement la terre, un versoir pour dégager la terre, une herse, une arracheuse de pommes de terre, un outil de coupe et de tonte, etc. Cette possibilité est une autre caractéristique notable en comparaison avec la motobineuse, même si certaines peuvent être, également, accessoirisées.

Vous l’aurez compris cela demande de la puissance, en moyenne dix fois plus qu’une motobineuse. C’est cette dernière qui fait toute la différence et le dédie surtout à des surfaces plus grandes nécessitant plus d’endurance et à des travaux plus en profondeur et plus en largeur, jusqu’à 1m. Le revers de la médaille c’est son poids, alors qu’une motobineuse pèse, en fonction du modèle, entre 5 et 30 kg, le motoculteur affiche un poids compris entre 60 et 100 kg. Par contre, grâce à ses deux roues, le motoculteur est plus maniable qu’une motobineuse thermique ou électrique. Pour l’anecdote, il existe quelques modèles de motoculteur à roue unique.

Motobineuse ou motoculteur : pour quels types de travaux ?

C’est exactement la question que vous devez vous poser. Si votre parcelle ne dépasse pas les 1000 m2, une motobineuse sera bien mieux adaptée, le motoculteur serait, dans ce cas de figure, à la fois trop puissant, trop lourd et surtout trop encombrant.

Au-delà de 1000 m2, la question ne se pose pas. Une motobineuse, même thermique, arriverait rapidement à bout de course. Ensuite, en fonction de la nature des travaux à effectuer, certains ne sont pas réalisables avec une motobineuse ou du moins certains modèles, par contre, avec un motoculteur oui.

Par exemple :

• Le déchaumage n’est possible qu’avec une motobineuse thermique sur une surface moyenne,
• Le labour aussi toujours avec une motobineuse thermique sur une surface moyenne,
• Le fraisage ou le binage est possible même avec une motobineuse électrique,
• Le hersage n’est possible qu’avec un motoculteur équipé d’une herse,
• Le roulage n’est, lui aussi possible qu’avec une motobineuse thermique équipée d’un rouleau tracté et sur une surface moyenne (voici un des accessoires possibles pour une motobineuse),
• Le buttage est possible, ici aussi, avec une motobineuse thermique uniquement,
• Le sarclage est par contre possible avec une motobineuse même électrique,
• La récolte est impossible avec une motobineuse quelque soit le modèle,
• La coupe est tout à fait possible avec une motobineuse équipée d’un dresse-bordure (impossible avec le modèle sur batterie).

La puissance du motoculteur lui permet même, équipé d’accessoires, de jouer le rôle du chasse-neige, rien à voir avec le jardinage, juste pour insister, si cela était encore nécessaire, sur sa puissance.

Motobineuse ou motoculteur : parlons prix !

Parler du prix maintenant n’est pas dû au hasard, car ce ne doit pas être le critère principal qui guidera votre choix, mais bel et bien opter pour le matériel le mieux adapté à vos besoins et donc à la puissance nécessaire à leur bonne exécution. Nous ne vous indiquerons pas, ici, le prix d’une motobineuse à batterie ou électrique, puisqu’elles ne peuvent rivaliser, réellement avec un motoculteur.

Par contre, les modèles les plus puissants des motobineuses thermiques, toujours en fonction de la nature des travaux à réaliser, peuvent être vraiment concurrentiels. Les modèles ayant une puissance comprise entre 2,5 et 8 CV coûtent entre 250€ et 600€ en générique haut de gamme, entre 500€ et 3000€ pour des modèles proposés par des marques reconnues. Les motoculteurs de puissance avoisinante, entre 3 et 9 CV, valent entre 1000€ et 2500€ en générique haut de gamme et entre 2000€ et 8000€ pour des modèles de marque. Pour des motoculteurs de marque et très puissants (19 CV) la facture peut atteindre, avec des accessoires, 20000€.

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage. Voir notre histoire