Leclerc : les matelas gonflables du « détaillant préféré des Français » !


Publié par Vincent Catégorie Matelas gonflable 1169 vues
Leclerc : les matelas gonflables du « détaillant préféré des Français » !

La chaîne E. Leclerc vend de tout, de l'épicerie à l'essence en passant par les articles d'habillement, la bijouterie et les produits de loisir à des prix ultra-compétitifs. Les magasins Leclerc constituent également la 2e librairie de France. Historiquement, l'enseigne a même cassé le monopole du livre dans les années 1980.

Aujourd'hui, le groupe, créé à l'origine en tant que collectif de commerçants bretons, compte 530 membres, 96 000 collaborateurs, 556 magasins en France, 114 magasins en Europe pour un chiffre d'affaires de 40,6 milliards d'euros. Leclerc commercialise aussi une gamme de matelas gonflables, pour le plus grand bonheur des campeurs et autres baroudeurs. Wizza vous présente l'histoire de cette marque emblématique.

Edouard Leclerc : l'homme d'affaires qui a bâti un empire commercial…

Edouard Leclerc, considéré comme un visionnaire entrepreneurial et un champion issu de la méritocratie, a fondé l'une des chaînes d'hypermarchés les plus prospères de France. Il a également construit le plus grand distributeur de produits alimentaires de l'Hexagone. Depuis ses débuts modestes dans un petit entrepôt loué, Leclerc a créé une chaîne de points de vente à travers tout le pays, bouleversant à lui seul les habitudes de consommation des ménages français.

Né en 1920 à Landerneau, dans le Finistère, Edouard Leclerc était le sixième d'une fratrie de 15. Né de parents catholiques pratiquants, Eugène et Marie, il est envoyé à Neussargues, un séminaire situé dans le centre de la France, avant d'être transféré dans un autre établissement du côté de Viry-Châtillon, en banlieue parisienne.

Quand la France tombe sous l'occupation allemande, en mai 1940, il rentre chez lui, en Bretagne. À la suite de la libération de la Normandie, le jeune Leclerc est emprisonné pendant six mois avant d'être libéré en février 1945. Il reprend ses études mais abandonne son noviciat en 1948, trouvant un emploi chez un transitaire à Brest pour subvenir à ses besoins élémentaires.

1949 : le début de la grande aventure Leclerc

En 1949, avec 5 000 francs en poche, Edouard Leclerc ouvrit sa première épicerie, achetant directement auprès d'usines et revendant des biscuits, de l'huile et du savon à des prix inférieurs de 30% à ceux de ses concurrents directs… un business model qui lui vaudra bien des ennuis, mais qui lui apportera également une certaine notoriété. Les autres épiciers indépendants ont été encouragés à mettre son nom sur leurs magasins tant qu'ils adoptaient ses méthodes. Ce fut là l'un de ses premiers coups de génie : la franchise « artisanale ».

Au cours des années 1950, alors qu'un véritable « Mouvement E. Leclerc » se répandait, il lui été reproché de cannibaliser le commerce des autres détaillants et de ne pas respecter « les règles du jeu ». Mais Leclerc était implacable. Il prenait d'assaut des entreprises bien établies, poursuivant en justice les fabricants qui refusaient de lui vendre leurs marchandises, faussant le jeu de la concurrence. Il a même poursuivi son frère à plusieurs reprises pour avoir utilisé le nom de sa marque à des fins personnelles.

En 1956, le premier magasin de vêtements, « Leclerc Vêtements », ouvre ses portes. En 1960, environ 60 magasins vendaient des biens de consommation quotidienne sous la marque Leclerc. En 1965, un an après l'ouverture du premier hypermarché Carrefour, le magasin fondateur de Landerneau devient le premier hypermarché Leclerc. En 1969, Jean-Pierre Le-Roch fait scission pour créer une marque rivale, Intermarché.

En 1973, Leclerc lutta contre la très restrictive « loi Royer », soutenue par le gouvernement français et des lobbyistes du secteur pétrolier. En 1979, le mouvement créa le groupe « Siplec » afin de pouvoir vendre de l'essence à bas prix. Finalement, en 1985, après 467 actions en justice, une décision de la Cour européenne autorise les supermarchés à vendre du carburant à un meilleur prix.

Dans les années 1980, Leclerc a joué un rôle clé dans la suppression des monopoles sur le livre et les produits de santé et de beauté. En 1986, il arévolutionne le marché de la joaillerie en retirant l'or de son circuit de distribution traditionnel et en le vendant à des prix sensiblement réduits dans ses kiosques de « Manège à Bijoux ».

E Leclerc est aujourd'hui le premier distributeur d'or en France. Leclerc a rejoint la lutte contre la pollution et les déchets et est devenu le premier détaillant français à introduire des sacs réutilisables dans ses magasins.

En 2004, afin de préserver la marque Leclerc, la famille vend le nom à ses membres pour 120 millions d'euros. Un an plus tard, Leclerc démissionne pour permettre à son fils Michel-Edouard de prendre la relève. Partisan de Charles de Gaulle, Leclerc critiqua nombre des successeurs du général et annonça son intention de se porter candidat à la présidence en 1987, mais abandonna rapidement l'idée.

Les matelas gonflables proposés par les magasins Leclerc

Le rayon des matelas gonflables est représentée par la sous-marque de l'enseigne, Woodsun. Cette dernière fait partie des marques « Eco+ » commercialisées par Leclerc et vend des matelas gonflables à partir de 14,90 euros le modèle floqué pour deux personnes. Initialement, Woodsun s'est faite connaître par la fabrication de vélos, y compris des vélos électriques de très bonne facture et à des prix très attrayants.

En fait, Woodsun a été pensée comme une marque de sport globale qui commercialise des articles comme les chaussures de football, les casques de vélos ou encore les vêtements de cardio, à la manière des marques propres de Décathlon. Les matelas gonflables Woodsun sont des articles de literie d'entrée de gamme qui serviront simplement de lits d'appoint sans grande prétention.

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage.