L’histoire des machines à coudre signés Toyota


Publié par Camille Catégorie Machine à coudre 97 vues
L’histoire des machines à coudre signés Toyota

Oui, Toyota est aussi une marque de machines à coudre ! Le premier modèle a été fabriqué sous la supervision de Kiichiro Toyoda lui-même, le fondateur de Toyota Motors Corporation. Bien qu'il n'ait aucune connaissance préalable en matière de couture, Toyoda s'est montré particulièrement impliqué dans toutes les phases de la conception puis de la production, dans le cadre de la diversification des produits de la marque nippone.

Le parti pris de Kiichiro Toyoda était simple : si ses concurrents directs visaient d'abord la fonctionnalité, Toyoda mettait le critère esthétique au même plan, de manière à faire de la machine à coudre un bel objet qui ne jure pas avec la déco.

L'histoire des machines à coudre signées Toyota

C'est en 1946 que Toyota lancera sa toute première machine à coudre, la « HA – 1 ». Six ans plus tard, la marque nippone avait déjà produit 100 000 unités de ce modèle qui se vendait massivement au Japon, en Chine, en Corée du Sud puis en Amérique du Nord. Un an plus tard, Toyota lance sa première machine domestique « zigzag » avec le modèle « TZ – 3 ». Fiables, robustes et plutôt performants, ces trois modèles phares positionneront Toyota sur le marché très fermé des fabricants de machines à coudre pour les particuliers.

Une deuxième machine à coudre à zigzag est lancée en 1961, avec le modèle Z 7221. Plus compacte, plus légère et moins puissante, elle s'adresse aux débutants et aux apprentis-couturiers qui peuvent l'utiliser comme machine à coudre de fortune afin de réaliser des retouches rapides. Un an plus tard, Toyota lance le modèle H 222 qui remportera le trophée « G – Mark » du meilleur appareil électroménager design pour les particuliers. A peine une quinzaine d'années après le lancement de son unité de production de machines à coudre, Toyota avait déjà fabriqué un million d'unités en 1962.

Forte de ce succès colossal que l'on peut expliquer à la fois par la qualité des machines à coudre produites, par l'expérience de Toyota dans les engins motorisés et surtout par sa notoriété, la firme nippone ouvre une première représentation à New York spécialement dédiée à son activité de couture. Cette implantation prend la forme d'un bureau commercial et d'un show-room où sont exposées les machines à coudre fabriquées au Japon. Le succès est immédiat.

En 1964, le gouvernement du Japon, par la voix du ministre du Commerce international et de l'Industrie, reconnaît Toyota comme un « catalyseur majeur de l'exportation au Japon ». Une consécration que la firme ne manquera pas de mettre en avant sur l'ensemble de ses publicités diffusées au Japon, que ce soit pour ses motos, ses instruments de musique, ses jet-ski ou ses machines à coudre. En 1965, Toyota produit sa 1 500 000e machine à coudre.

Les machines à coudre après 1970

Pour écouler ses machines et capitaliser sur son impressionnante force de production, Toyota attaque le marché européen en ouvrant un bureau commercial à Bruxelles. En 1968, la marque atteint le chiffre phénoménal de 2 millions d'unité produites. Pour se donner les moyens de ses ambitions, Toyota signe un partenariat stratégique avec AISIN, un fabricant de machine à coudre, qui devient fournisseur exclusif, d'abord sur le marché américain, puis bientôt en Europe et en Asie.

Les années 1980 marquent le lancement de plusieurs nouveaux modèles, dont une machine à coudre assistée par ordinateur fabriquée à Taïwan. Un modèle « mini » est lancé en 1987 à destination des particuliers et des apprentis-couturiers. La machine à coudre « 3D », qui sera un best-seller pendant plusieurs années, et lancée en 1991. L'année 1999 marque la production de la 10 millionième machine à coudre estampillée Toyota. La décennie 2000 est celle de la continuité, avec le lancement des gammes « EZ-One » et « QB », des machines polyvalentes, électroniques et compactes pour les particuliers.

L'impact décisif de l'entreprise AISIN dans l'histoire des machines à coudre Toyota

Bien que les machines à coudre de la marque nippone arborent le logo et les couleurs « Toyota », elles sont fabriquées dans les usines de l'entreprise AISIN depuis les années 1970 dans des installations à Taïwan, au Japon et en Allemagne. Les débuts du partenaire historique de Toyota sur le marché des machines à coudre remontent à l'époque d'Aichi Kogyo CO Ltd, précurseur de l'actuelle AISIN avant sa création en 1965. La firme était alors l'un des fabricants de pièces automobiles les plus en vue au Japon.

Pendant la période de reconstruction de l'après-guerre, en 1945, Aichi Kogyo rencontre des difficultés pour maintenir son activité, le marché de l'automobile souffrant d'un manque de débouchés. Y voyant une opportunité stratégique, Kiichiro Toyoda (1894-1945), le fondateur de Toyota Motors (aujourd'hui Toyota Motors Corporation), propose au top management d'Aichi Kogyo de se focaliser sur la production de machines à coudre domestiques et de métiers à tisser automatiques pour le compte de Toyota, avec une garantie de commandes sur 10 ans.

En 1969, la première machine à coudre AISIN – Toyota est achevée. Impressionné par le résultat, Kiichiro approuve la commercialisation de ce modèle sous la marque « Toyota ». Aujourd'hui, les machines à coudre domestiques Toyota sont majoritairement conçues au Japon et produites en Chine pour ensuite être commercialisées dans les quatre coins de la planète. Pour les découvrir, Wizza vous propose son top 5 des meilleures machines à coudre Toyota.

A propos du rédacteur

Camille

Curieuse de nature, je parcours le web à la recherche de produits intéressants afin d'en faire profiter la communauté Wizza. Je suis spécialisée dans l'univers de la cuisine, de la beauté et des enfants.