Qu’est-ce qu’un désherbeur thermique et comment ça marche exactement ?


Le désherbeur thermique est une sorte de chalumeau qui « tue » les mauvaises herbes. C'est un appareil à flamme fonctionnant au gaz de combustion (ou à l'électricité) pensé pour venir à bout des adventices. Il ne nécessite pas l'emploi de produits chimiques, ce qui en fait une solution de désherbage 100 % écologique qui agit en créant un choc thermique.

Son principe est simple : pendant une ou deux seconde(s), vous passez la flamme à environ 10 cm au-dessus des mauvaises herbes, juste pour les chauffer (il ne s'agit pas de les carboniser, car les parties épargnées cicatrisent et poussent encore plus vite). Les protéines de l'herbe coagulent et ses cellules éclatent, ce qui provoque son dépérissement jusqu'à la racine. Dans ce dossier, Wizza vous dit tout ce qu'il y a à savoir sur le désherbeur thermique !

Désherbeur thermique : comment ça marche ?

Le désherbeur thermique est un outil de jardinage qui se présente sous la forme d'un aspirateur à main. Comme son nom l'indique, la principale fonction de cet outil est le désherbage des adventices et autres mauvaises herbes. Appareil à flamme imitant un chalumeau portatif, le désherbeur thermique remplace les outils traditionnels de désherbage manuel comme les binettes et les sarcloirs, mais aussi les précédents modèles de désherbeurs (désherbeurs mécaniques, manuels, etc.).

L'appareil est constitué d'une manche reliée à une bouteille de gaz ou à une source électrique. Cela sous-entend, naturellement, que l'appareil a besoin d'une source d'énergie qui sera à l'origine de la flamme. A ce niveau, il faut savoir qu'il existe deux grandes catégories de désherbeurs thermiques : les désherbeurs thermiques à gaz et les désherbeurs thermiques électriques.

En ce qui concerne les modèles électriques, l'appareil doit être branché à une prise électrique installée non loin du jardin, ce qui limite la liberté de mouvement de l'utilisateur. Par essence, le désherbeur thermique électrique ne convient pas aux espaces verts. Les modèles à gaz sont accompagnés d'une cartouche ou d'une bouteille de butane ou de propane. Certains modèles à gaz sont livrés avec des chariots ou des sacs pour le chargement des bouteilles de gaz.

Comment fonctionne le désherbeur thermique ? Le principe de de base assez simple à comprendre : l'appareil émet une flamme qui fait éclater les tissus végétaux et les fait dépérir. C'est aussi simple que ça ! Il n'est pas question de brûler les plantes, mais seulement de les chauffer.

Par conséquent, il faut avoir un contrôle sur la flamme dégagée en évitant qu'elle soit trop puissante et/ou trop proche des plantes. Le résultat est moins efficace si l'on brûle la plante. La bonne astuce est de simplement marcher en passant le désherbeur thermique à une distance d'environ 10 cm au-dessus des mauvaises herbes et ce, pendant 1 à 2 seconde(s) seulement.

Si la plante est complètement carbonisée, les parties restées intactes cicatrisent et repoussent à nouveau à une vitesse particulièrement élevée ! Mais si elle est simplement chauffée, ses tissus sont abîmés et elle est totalement affaiblie. Sur un autre registre, et même s'il existe à ce jour plusieurs modèles de désherbeurs thermiques, les modèles à gaz sont les plus privilégiés et les plus utilisés. Qu'il s'agisse du désherbeur thermique à gaz ou électrique, le désherbage thermique brille par de nombreux avantages, notamment, écologiques, économiques et pratiques.

Quels sont les problèmes les plus récurrents à l'utilisation du désherbeur thermique ?

En réalité, aucun… vraiment ! Le désherbeur thermique est un appareil de conception assez simple, ne nécessitant pas d'entretien ou de mesures particulières (si ce n'est les mesures de sécurité adéquates comme le port obligatoire d'un équipement de protection pour éviter tout risque de brûlure). Le désherbeur thermique ne vous posera pas spécialement de problème à l'utilisation. Il faut simplement s'appliquer au moment de faire son choix, notamment pour choisir le mode d'alimentation adéquat et éventuellement opter pour le bon gaz, le cas échéant.

Vous comptez opter pour un désherbeur thermique à gaz ? Notez bien ces quelques points : d'abord, sachez que vous aurez le choix entre deux types de gaz pour l'alimentation de l'appareil : le butane et le propane. Le propane produit une flamme plus puissante. Et une flamme plus puissante signifie une meilleure efficacité de votre désherbeur thermique. Cela signifie aussi que vous devrez faire moins de passages pour tuer les mauvaises herbes de votre jardin. Mais aussi, contrairement au butane, le propane peut être utilisé quelle que soit la température extérieure.

Quand la température extérieure est inférieure à 5° C, le gaz butane ne fonctionnera pas : il va tout simplement geler ! De son côté, le gaz propane peut supporter des températures extrêmes allant jusqu'à - 45° C. Maintenant, si votre travail de désherbage se déroule dans des conditions météorologiques clémentes, vous pouvez faire des économies en optant pour le butane. Venons-en maintenant au choix de la bouteille de gaz adaptée à votre désherbeur thermique. Là aussi, sachez que vous aurez le choix entre deux options : les petites bouteilles de gaz et les grandes de 13 kg et plus.

Votre choix devra prendre en compte le niveau d'autonomie dont vous aurez besoin… un paramètre qui dépend directement de la taille de la surface de jardin à traiter. Vous devrez aussi prendre en considération la maniabilité de l'appareil. Les petites bouteilles de gaz sont évidemment celles qui vous poseront le moins de problèmes en matière de portabilité.

Les questions les plus fréquemment posées sur les désherbeurs thermiques

N'hésitez pas à consulter notre dossier spécial sur les questions les plus fréquemment posées sur les désherbeurs thermiques. Vous y trouverez toutes les infos pratiques qui vous aideront à choisir l'appareil le mieux adapté à vos besoins.

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage. Voir notre histoire