Comment fonctionne un tensiomètre ?


Nous avons déjà vu tout l’intérêt de posséder un tensiomètre personnel pour contrôler, que l’on soit diagnostiqué ou pas, son hypertension artérielle (HTA). Une maladie qui se caractérise par son côté insidieux, mais qui heureusement, une fois découverte et moyennant le suivi d’un traitement adapté et le changement de certains comportements alimentaires ainsi que l’adoption de quelques règles d’hygiène de vie de bons sens, se maîtrise très bien.

L’important étant que l’HTA soit découverte le plus tôt possible pour ne pas prendre le risque de subir une autre pathologie cardiovasculaire beaucoup plus dramatique comme un AVC (accident vasculaire cérébral), un infarctus du myocarde ou une artérite des membres inférieurs, par exemple. Les tensiomètres disponibles dans le commerce sont désormais tous électroniques. Il en existe deux types, les tensiomètres automatiques qui régissent à la fois le gonflage et le dégonflage du « brassard » et les tensiomètres semi-automatiques qui demandent à l’utilisateur de gonfler manuellement le brassard à l’aide d’une poire, le dégonflage et la prise de mesure restant automatique.

Les meilleures ventes de tensiomètres du moment !

# Aperçu Produit Evaluation Prix
1 Omron M2 Basic
838 Commentaires
44,90 € 28,46 €
2 Tensiomètre Électronique Bras AREALER
70 Commentaires
27,99 € 23,99 €
3 OMRON M6 Comfort
298 Commentaires
94,90 € 59,99 €
4 SIMBR Tensiomètre poignet
247 Commentaires
20,99 €
5 Beurer BM 27
24 Commentaires
29,99 € 24,39 €

Tensiomètre électronique, principe de fonctionnement

L’arrivée des tensiomètres électroniques a été une vraie révolution. La mesure de la pression artérielle (PA) telle qu’on la pratiquait depuis une centaine d’années et qui consistait à enregistrer la PA directement dans l’artère a été remplacée par une mesure basée sur un mouvement de contre-pression des artères qui se traduit par une oscillation (un mouvement) de la paroi artérielle. Cette méthode s’appelle d’ailleurs la méthode oscillométrique. Les valeurs ainsi récoltées sont ensuite affichées et traduites instantanément sur un écran. Ainsi, lire et utiliser un tensiomètre devient facile !

En plus des deux valeurs traditionnelles systoliques et diastoliques, les tensiomètres électroniques peuvent proposer l’affichage d’autres constantes comme les pulsations cardiaques ou la pression pulsée, par exemple.

Tensiomètre électronique, les différents modèles

Nous l’avons vu en introduction, il existe deux types de tensiomètres, les automatiques et les semi-automatiques. Vous aurez aussi le choix entre deux versions, le tensiomètre de bras qui se positionne sur le biceps deux centimètres au-dessus du coude et le tensiomètre de poignet qui comme son nom l’indique se positionne sur le poignet.

Tensiomètre électronique, les conditions d’utilisation et bonnes pratiques

Une chose essentielle à savoir avant toute utilisation d’un tensiomètre personnel, c’est l’importance de se mettre en condition. Cela ne sert à rien de sortir son tensiomètre à n’importe quelle occasion ou tous les jours. La tension artérielle se prend généralement au lever et au coucher, si vous devez vous rendre chez le médecin quelques jours plus tard, vous pouvez aussi la prendre à midi. Il est aussi intéressant de la prendre après un effort ou un épisode de stress par exemple.

Dans tous les cas, il est important, avant de prendre sa tension, d’être détendu, confortablement installé, le bras posé sur une table de préférence, au repos et le coude au niveau du cœur. Vous l’aurez compris, l’appareil se positionne sur le bras gauche, directement sur la peau. Il est recommandé de ne pas faire qu’une seule prise de la tension artérielle, mais trois espacées de quelques minutes pour affiner le résultat. Votre tensiomètre vous indiquera s’il est bien placé ou pas.

Un conseil, notez les valeurs ainsi récoltées dans un carnet avec la date et l’heure du contrôle. Ces données seront précieuses à communiquer à votre médecin si cela s’avère nécessaire. Il existe, aussi, des tensiomètres électroniques qui proposent la possibilité de sauvegarder ces données en interne ou même de les sauvegarder et de les communiquer via une application dédiée installée sur votre Smartphone.

Tensiomètre électronique, interprétation des résultats

Nous avons déjà abordé à quoi correspondent les deux valeurs systoliques et diastoliques que votre appareil va vous afficher sur son écran. La première correspondant à la contraction du cœur au moment où il envoie le sang, via les artères dans l’organisme, la seconde quand le cœur se relâche se remplissant du sang qu’il renverra par contraction et ainsi de suite. Ces valeurs sont exprimées en millimètres de mercure (mmHg).

Sur votre écran, cela va se traduire par un premier chiffre généralement compris entre 90 et 120 (pression systolique) et un second compris entre 60 et 80 (pression diastolique). Une tension artérielle « normale » est de 120/80, au-delà, on peut suspecter une probable progression vers une hypertension artérielle. Si les valeurs relevées par votre tensiomètre sont donc supérieures de manière régulière, il est vivement conseillé de prendre rendez-vous avec votre médecin qui mettra en place un protocole de contrôle plus poussé et, si nécessaire, un traitement adapté.

Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons de lire notre foire aux questions sur les tensiomètres.