Comment bien choisir son tensiomètre ?


L’arrivée et le développement de l’offre de tensiomètres électroniques personnels sont, très certainement, une des meilleures choses qui soit arrivée dans le champ du dépistage, du diagnostic, du traitement et du suivi des pathologies liées à l’hypertension et l’hypotension artérielles. Le tensiomètre électronique est l’appareil qui permet à tout un chacun de prendre sa tension artérielle, chez lui en complète autonomie que ce soit dans le cadre du suivi d’une des pathologies citées plus haut, soit de manière préventive.

Il permet, sans, bien évidemment, remplacer le médecin d’obtenir les constantes qui permettront, à ce dernier d’affiner à la fois son diagnostic, mais aussi le traitement, s’il est nécessaire et ainsi vous prémunir de la survenue de pathologies cardiovasculaires plus lourdes comme un AVC ou un infarctus du myocarde.

Le problème auquel va, tout de suite, être confronté le futur acheteur c’est l’offre disponible désormais sur le marché qui est pléthorique.

Nous allons donc vous donner des clés pour y voir plus clair et surtout faire le choix le mieux adapté à votre besoin.

Les meilleures ventes de tensiomètres du moment !

# Aperçu Produit Evaluation Prix
1 Omron M2 Basic
916 Commentaires
44,90 € 31,99 €
2 Tensiomètre Électronique Bras AREALER
106 Commentaires
Indisponible
3 OMRON M6 Comfort
348 Commentaires
94,90 € 59,71 €
4 SIMBR Tensiomètre poignet
273 Commentaires
22,99 €
5 Beurer BM 27
45 Commentaires
42,30 €

Les trois grandes familles de tensiomètres électroniques.

Il existe trois types de tensiomètres personnels :

Le tensiomètre de bras qui est le plus utilisé. Il est composé d’un boitier électronique qui gonfle le brassard qui s’enfile sur le bras et se positionne environ 2 cm au-dessus du coude, sur le biceps. C’est aussi sur ce boitier, équipé d’un écran LCD que s’affichent les valeurs tensionnelles, pression artérielle systolique, diastolique et rythme cardiaque au minimum. Il en existe de nombreux modèles à tous les prix.

Le tensiomètre de poignet qui est le modèle de plus en plus sollicité et apprécié. Le brassard se présente comme un gros bracelet qui supporte le boitier de commande qui est muni lui aussi d’un écran LDC, bref il ressemble à une grosse montre. Il est plus petit et donc plus pratique à prendre avec soi lors de ses déplacements que le tensiomètre de bras. Par contre, il est plus difficile à positionner ce qui a poussé certains fabricants à intégrer une alerte en cas de mauvais positionnement. Nous y reviendrons.

Le tensiomètre connecté qui, comme son nom l’indique, est un type de tensiomètre qui permet d’enregistrer et de transmettre les données recueillies via une application installée sur son Smartphone en utilisant le réseau sans fil. Ces appareils sont certainement l’avenir, car ils permettent d’informer en temps réel le professionnel de santé qui vous suit, votre médecin ou votre cardiologue, par exemple. Évidemment, le prix n’est pas le même, mais cela semble déjà se tasser un peu.

L’important est de choisir le type de tensiomètre électronique qui correspond à votre profil. En effet, alors que certains d’entrevous n’éprouvent aucune difficulté avec les nouvelles technologies et la lecture de notices techniques parfois un peu trop complexes, pour d’autres, comme les personnes âgées, par exemple, il est important de sélectionner un modèle à la fois facile à installer, à utiliser et avec une lecture des résultats claire et sans ambiguïté.

Pour vous aider, il existe la norme CE, la validation de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) anciennement l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et la présence sur chaque appareil du tampon de l’ESH (European hypertension society) ou du BSH (British hypertension society).

La norme CE doit figurer sur tous les produits qui ont le droit d’être vendus en France. C’est la garantie que le produit acheté répond aux normes de sécurité imposées en Europe, dans le cas qui nous intéresse, ici, la sécurité des utilisateurs, c’est-à-dire des patients.

La validation par l’ANSM de l’appareil que vous avez choisi indique que ce dernier répond à des critères de précision et de fiabilité importants. Tous doivent être tamponnés soit par l’ESH ou le BSH. Un fabricant qui veut recevoir cette certification doit donc faire évaluer son tensiomètre par un de ces deux organismes certifiés indépendants. Cette évaluation va confirmer ou pas que l’appareil répond à des normes serrées.

Si c’est le cas, il sera noté A ou B et recevra, également une cotation des constantes (systolique et diastolique) qu’il transmet. Une fois ce processus achevé, le modèle de tensiomètre en question figurera sur une liste d’appareils recommandés par l’Afssaps et le fabricant affichera ce label sur leurs supports de communication et sur l’emballage du produit en question.

Il est important de bien définir avec votre médecin, si ce dernier vous recommande cet achat, d’autres critères comme la largeur du brassard, par exemple, la fréquence d’utilisation, s’il est préférable qu’il soit connecté ou pas pour la transmission des données. Bref, celui-ci est même parfois le mieux placé pour vous recommander un modèle en se référant aux retours faits par ses patients, alors il ne faut pas hésiter à le solliciter.

Nous allons, bien sûr, compléter ces information pour vous permettre de savoir lequel choisir et à quel prix.

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage. Voir notre histoire